Quand nous avons fait appel à notre constructeur, il nous a beaucoup aidés à trouver notre terrain (à vrai dire c'est lui qui a tout fait). Seul hic : le terrain n'était pas viabilisé, et nous ne savions pas vraiment ce que ça voulait dire concrètement. Le constructeur nous a dit qu'il fallait compter environ 10 000 euros de frais de viabilisation et nous a expliqué vite fait en quoi cela consistait, mais je crois que nous n'avons vraiment saisi de quoi il s'agissait que lorsque nous avons fait les démarches et reçu les factures. J'écris donc cet article pour que les noobs de la construction de maison comprennent mieux ce qu'est la viabilisation.

Grosso modo, viabiliser un terrain, ça consiste à le raccorder aux différents réseaux utiles : électricité, eau, téléphone. Même quand on passe par un constructeur, c'est au client (donc à nous) d'effectuer les démarches pour initier ces différents raccordements. Dans l'ordre, je dirais qu'il faut commencer par l'eau dès l'obtention du permis de construire (car sans compteur d'eau, les travaux ne peuvent pas commencer), puis s'occuper de l'électricité et du téléphone.

viabilisation

Le raccordement au(x) réseau(x) d'eau

Pour l'eau, attention, il y a une feinte : ce n'est pas un raccordement qu'il faut, mais trois (et avec un peu de malchance, les trois nécessitent l'intervention de trois acteurs différents). Ils correspondent aux trois types d'eau qui vont arriver ou sortir d'une maison : l'eau potable (celle qui coule du robinet), les eaux usées (celles qui partent au fond de la douche, de l'évier et des toilettes) et les eaux pluviales (celles qui finissent dans les gouttières du toit). Celle dont les ouvriers ont besoin pour commencer les travaux, donc le premier raccordement à réclamer, c'est l'eau potable. 

Ce qu'il faut faire

Tout d'abord, il faut contacter la mairie de la commune où vous faites construire pour savoir à qui s'adresser. Pour nous par exemple, c'est Veolia qui gère l'eau potable, la Lyonnaise des eaux qui s'occupe des eaux usées et la ville qui récupère les eaux pluviales. Nous avons donc d'abord contacté Veolia pour leur demander un raccordement. Au bout de quelques semaines, on a reçu un devis, qu'on a signé et renvoyé avec le chèque, et deux mois plus tard, hop, il y avait un compteur chez nous (ou plutôt chez nous voisins suite à une étourderie de Veolia, mais après plusieurs coups de gueule et prises de tête, le compteur a bien été remis chez nous ; heureusement, dans la plupart des cas, les choses se passent sans encombre).

Pour les eaux usées et pluviales, il faut demander aux entreprises responsables un tabouret de raccordement ; comme pour Veolia, on reçoit assez rapidement un devis qu'il s'agit de signer et de renvoyer avec le chèque, et les travaux ont lieu peu de temps après.

Combien ça coûte

La flotte, c'est le plus cher puisqu'il y a trois réseaux et trois différents intervenants. On a payé 1250 euros pour l'eau potable et 4500 euros pour les deux tabourets des eaux usées et pluviales.

viabilisation2

L'électricité

Là, c'est plutôt simple : dès que la maison est hors d'eau hors d'air (voire un peu avant histoire de prévoir une marge de sécurité), il suffit de faire une demande sur le site d'ERDF (https://connect-racco.erdfdistribution.fr/prac-internet/login/) et de suivre les étapes. Après réception du devis, on fait le chèque, on signe et on renvoie le tout, puis on attend environ deux mois avant d'avoir la joie de découvrir un joli compteur devant sa maison. Le prix : pour nous (avec un réseau enterré), 1500 euros. À noter : lors de la demande de raccordement, penser à demander s'il est possible de faire une tranchée commune avec le téléphone, ça fera des économies si la réponse est positive. (Nous on l'a eu dans l'os, mais ça ne coûte rien de poser la question.)

Le téléphone

Là, c'est ce qui m'aura causé le plus d'em... bêtements : on appelle la ligne dédiée au raccordement d'Orange au 0810 009 849, puis on reçoit un dossier qu'il faut remplir et renvoyer avec un certain nombre de pièces (photocopies du permis de construire, photos de la rue et des compteurs téléphoniques aux alentours de la maison, etc.) Une fois qu'ils ont reçu le dossier (et qu'on les a rappelés une bonne dizaine de fois pour savoir ce qu'ils fichent depuis quelques mois), ils font un devis, qu'il suffit cette fois de signer et de renvoyer, apparemment sans le règlement. Les travaux doivent ensuite intervenir « rapidement », mais je ne sais pas ce que ça veut dire puisque je n'ai reçu le devis que lundi dernier : moi qui travaille à domicile et qui ai constamment besoin d'Internet, je commençais à craindre le chômage technique après l'emménagement !

[EDIT : la ligne a été créée fin mai, soit un mois après la réception du devis.]

Pour nous, le raccordement au réseau téléphonique a donc été certes le plus pénible, mais aussi le moins cher, puisqu'il nous coûtera un peu moins de 900 euros malgré un réseau enterré et une absence de tranchée commune avec ERDF.

 

Voilà, j'espère que cet article pourra aider les personnes qui se lancent dans la construction sur un terrain non viabilisé alors qu'elles n'y connaissent rien et n'y comprennent goutte. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser en commentaire !