Comme vous le savez, l'une de mes idées fixes est de faire quelque chose pour essayer de sauver les abeilles. En attendant de pouvoir réaliser mon rêve de rucher conservatoire, je patiente en parrainant des ruches d'abeilles et en faisant des dons à des associations dès que mes finances me le permettent. Si vous aussi vous voulez participer à l'un de ces programmes ou simplement si vous êtes curieux de voir en quoi ils consistent, voici les associations auxquelles je fais des dons.

Un toit pour les abeilles

logo_utpla

C'est une association qui propose de parrainer des ruches, que l'on soit une entreprise ou un particulier. Le principe : on choisit de verser une somme tous les mois (la plus basse est de seulement quelques euros) pour parrainer un certain nombre d'abeilles dans une ruche. En échange, on reçoit des pots de miel issus de la ruche que l'on parraine. En ce qui me concerne, je n'ai jamais aimé le miel (un comble pour quelqu'un d'aussi obsédé par les abeilles !), j'ai donc donné tous les pots que j'ai reçus à mes proches, sauf un que j'ai gardé au cas où j'en aurais besoin pour cuisiner. Et puis tous m'ont téléphoné pour me dire : « Il est à tomber par terre ton miel ! » Du coup, j'ai ouvert mon pot, je l'ai goûté... et je l'ai adoré ! Pour info, la ruche que je parraine provient des Abeillers du lac de Ribou, dans le Maine-et-Loire, et on peut commander ce miel délicieux directement sur le site des apiculteurs même quand on ne fait pas partie de l'association. 

Mais pour en revenir à nos moutons, outre les abeilles, on peut aussi financer la plantation de fleurs pour favoriser la biodiversité à côté des ruches. Le programme s'appelle Des fleurs pour les abeilles et on peut y participer en cochant l'option lorsqu'on choisit son parrainage. Le nom des parrains est inscrit sur la ruche, et on peut ajouter sur les étiquettes un petit message personnalisé (ici, « Du ptimiel pour sauver les abeilles », ce qui m'a valu moult sarcasmes cyniques de la part de mon abominable mari qui m'a qualifiée de « pti grotesque »). On peut choisir de parrainer une ruche près de chez soi, et ça marche non seulement en France, mais aussi en Belgique.

ptimiel

Mon ultime pot de miel à tomber par terre avec l'étiquette personnalisée.

Parrains d'abeilles

C'est un peu le même principe qu'Un toit pour les abeilles, mais à plus petite échelle puisque nos dons vont directement à deux apiculteurs de l'Indre qui nous envoient en échange différents produits de la ruche. On peut parrainer une ruchette (30 euros, 5 pots de miel) ou une ruche (58 euros, 11 pots de miel). Comme je n'ai découvert ces apiculteurs que récemment, je ne peux pas encore vous dire ce que vaut leur miel, mais promis, vous aurez des nouvelles dès l'automne prochain !

L'Association conservatoire de l'abeille noire bretonne

Je vous en ai déjà parlé l'autre jour : c'est l'association qui s'occupe de la sauvegarde des abeilles noires d'Ouessant. On peut soutenir leur action en leur envoyant un don.

Apiculture durable

C'est une association que je viens tout juste de découvrir, mais qui est sans doute celle qui mérite le plus mon intérêt. (Je ne me donne pas 24 heures avant de craquer pour un parrainage en dépit de circonstances financières peu propices. [EDIT : ben oui, ça y est, j'ai craqué.]) Il s'agit là encore de parrainer des ruches, mais cette fois ce sont des ruches Warré peuplées d'abeilles noires locales, donc mieux adaptées aux conditions de vie de chez nous. Pour les personnes qui s'intéressent au sujet des abeilles et souhaitent agir en leur faveur, une visite sur le site de l'association s'impose ! Leur démarche est naturelle, locale, géniale – j'ai découvert cette asso il y a une heure et je suis déjà complètement à fond dedans !

DSC_0101_

Avec le retour des beaux jours, les abeilles s'activent... J'ai pris cette photo hier matin près d'un camélia du cours Cambronne.

Voilà, il y a sûrement des tas d'autres structures que l'on peut soutenir quand on est concerné par la cause des abeilles, mais on peut aussi tout simplement acheter du miel local auprès d'un apiculteur du coin plutôt qu'au supermarché (c'est à peine plus cher et teeeeellement meilleur), ou encore laisser un coin de jardin à l'état sauvage pour favoriser la biodiveristé et la présence d'un certain nombre de pollinisateurs (pas uniquement les abeilles). À vous de jouer !