Ma mère m'a récemment offert un livre de David G. Haskell : Un an dans la vie d'une forêt. Le principe est très simple : pendant une année entière, l'auteur se rend régulièrement dans un endroit qu'il a choisi au cœur d'une forêt, dans les montagnes de l'est américain. Comme la plupart des amoureux de jardin, je suis de nature assez contemplative ; mais là, je crois que nous avons tous trouvé notre maître. Il passe donc des heures à observer ce tout petit coin de nature, un simple disque d'un mètre de diamètre, et nous livre dans son récit l'histoire de ses habitants. Une découverte passionnante de la biologie et une véritable leçon de méditation, qui incite à se poser pour mieux observer le monde qui nous entoure.

un an dans la vie d'une forêt

Allez, un petit extrait pour vous donner envie. Nous sommes en plein hiver, le 30 janvier précisément, et dans le Tennessee, il fait bigrement froid... 

« Arbres et arbustes ne sont pas les squelettes qu'ils semblent être. Chaque ramille, chaque tronc est enveloppé de tissu vivant. À la différence des oiseaux, qui survivent grâce à la nourriture arrachée à la poigne de l'hiver, les plantes réussissent à perdurer sans recréer un été intérieur. La survie des oiseaux est étonnante, mais la résurrection des végétaux après leur reddition complète est si éloignée de l'expérience humaine qu'elle frise le scandale. Les morts, surtout les morts congelés, ne reviennent pas. Et pourtant si, ils reviennent. Les plantes survivent de la même façon qu'un avaleur de sabres : grâce à une préparation soigneuse et une attention particulière au tranchant de la lame. »

Il faudra lire la suite pour découvrir comment les végétaux s'y prennent pour survivre aux rigueurs hivernales... En tout cas, moi, j'adore !